fren
Les premières traces de peuplement à Coussay-les-Bois remontent à la Préhistoire. Plusieurs ateliers de taille de silex ont été découverts à la suite de campagnes de fouilles. Ces vestiges, retrouvés aux hameaux des Draux, de Verlet et de la Navelière, étaient liés à l'exploitation du silex du Grand-Pressigny, de part et d'autre de la Creuse. De grosses pierres étaient tirées du sol, puis dégrossies pour former des outils de formes et de tailles variées. La présence d'un dolmen au lieu dit Créchet indique un peuplement de cette zone au Néolithique entre 8 000 et 3 000 ans avant notre ère. Constitués de gros blocs de pierre sur lesquels repose une dalle (table), les dolmens étaient des sépultures qui étaient à l'origine recouvertes de terre ou/et de pierre formant des tumuli.
Les origines du bourg sont probablement médiévales. La plus ancienne mention dans les sources remonte à l'année 1099 ; elle cite la localité sous le nom de Cosciaco. Les différents édifices religieux ont probablement été un facteur d’attractivité pour la population venue se regrouper dans ce qui est aujourd'hui le bourg de Coussay-les-Bois. Éléments structurants du paysage, les églises et les monastères assuraient une protection spirituelle particulièrement recherchée au Moyen Âge.


Le toponyme de Coussay pourrait avoir plusieurs origines. En se basant sur sa terminaison en -ay, il pourrait provenir de la forme latine Cociacum, désignant "le domaine de Cossius". Cela signifierait qu'à la fin de l'Antiquité ou au début du Moyen Âge, un dénommé Cossius possédait des terres à l'endroit où le village s'est  ensuite développé. Le nom a évolué en Cocayo, Coczayo, Coussai et enfin, Coussay-les-Bois dès le 15e siècle.

Il se peut aussi que le nom du village dérive du nom poitevin "coussaie" qui désigne un lieu où pousse le houx.


Avant la Révolution, la seigneurie de Coussay-les-Bois dépendait en partie de la baronnie de Preuilly en Touraine
(aujourd'hui Preuilly-sur-Claise) et en partie du duché de Châtellerault, le tout relevant de l'élection de Loches dans la généralité de Tours.
Le territoire était morcelé en de nombreux fiefs, avec un seigneur noble à la tête de chacun d'eux. Il y en a eu probablement jusqu'à neuf à Coussay-les-Bois. Les plus importants étaient ceux de la Trompaudière, siège d'une baronnie, et la Vervolière, qui a appartenu à l'illustre famille du Plessis. Certains de ces fiefs possédaient des droits de ban sur des moulins : les paysans habitant à proximité étaient contraints de se servir du moulin seigneurial et de s'acquitter d'une taxe envers le seigneur. Le moulin de Créchet est le seul conservé à ce jour, mais au moins quatre autres ont existé à Coussayles-Bois : le moulin Rimbault et le moulin Jourdain, tous deux détruits avant 1833, ainsi que le Grand Moulin et le Petit Moulin, détruits après 1881.


Dans le domaine religieux, le village présente la particularité de posséder deux églises, toutes deux situées dans le bourg.
Celle dédiée à Saint-Martin fut le siège de l'archiprêtré de Châtellerault ce qui en fait un lieu important dans l'histoire religieuse des vals de Gartempe et Creuse. Au nord de Coussay-les-Bois, le prieuré de Saint-Pierre de Tiers était une fondation religieuse dépendant de l'abbaye royale de Saint-Jean d'Angély (il est signalé dans des chartes de l'abbaye royale dès le 11 siècle).
La chapelle Sainte-Catherine de Lareau était située dans un lieu isolé en direction de Leigné-les-Bois. Filiale de l'abbaye de Notre-Dame de la Réau, de l'ordre de Saint-Augustin, elle est fondée grâce à une donation de terres par un seigneur local. Aussi appelée "chapelle Girard", elle a pu servir de maladrerie et fut rattachée à l'hôpital de Châtellerault au 18e siècle. En plus de ces édifices religieux, certains fiefs importants possédaient leur propre chapelle castrale, comme c'est le cas à la Trompaudière et à la Vervolière.

La production artisanale était variée à Coussay-les-Bois. Si la majorité de la population vivait de l'agriculture, certains habitants s'étaient spécialisés dans une activité spécifique telle que la fabrication de textiles ou de sabots. Les grands bois, comme celui de Navelière, étaient aussi exploités par des charbonniers.

Avec la Révolution, les anciens systèmes de dépendances religieuses et seigneuriales disparaissent. Coussay-les-Bois devient officiellement une commune rattachée au canton de Pleumartin dans la Vienne. Elle sera rattachée au canton de Châtellerault 3 en 2015.

 

© Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel. Communauté d’agglomération de Grand Châtellerault. P. Maturi 2017.

barrecoordo


MAIRIE DE COUSSAY-LES-BOIS
7, rue de l'église
86270 COUSSAY-LES-BOIS

05 49 86 23 54

 

env

 

logo cc

 

pref

 

aquitaine

 

vienne

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes.
Ils ne sont utilisés pas à des fins publicitaires.

 

Contenus interactifs

Ce site peut utiliser des composants tiers, tels que Google NotAllowedScript63e03305b9215Maps, Calaméo, NotAllowedScript63e03305b9778ReCaptcha V2 ou NotAllowedScript63e03305b9778ReCaptcha V3, qui éventuellement déposent des cookies.

Si vous décider de bloquer ces composants, les contenus liés ne s’afficheront pas.

Réseaux sociaux/Vidéos

Ce site peut utiliser des composants de réseaux sociaux ou de vidéos qui exploitent des cookies.

Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Si vous décider de bloquer ces composants, les contenus liés ne s’afficheront pas.

Session

Veuillez vous connecter pour voir vos activités!

Autres cookies

Ce CMS Joomla peut utiliser des cookies de gestion (par exemple : les sessions utilisateurs).